Archives mensuelles : mars 2007

L’expérience interdite (sans Julia Roberts) par Cendrinox

Rappel : nous étions sept : Riri, Fifi, Loulou, Carine du 47, Delphine du 40, la copine à Riri, guide au château de Roquetaillade à Mazères (33)-, et Cendrinox. Sept étudiants à Bordeaux prêts à faire n’importe quoi pour s’amuser au lieu bien sûr d’étudier comme il se doit. Il faut savoir que si les blogs avaient été inventés à ce moment-là, on aurait peut-être fait autre chose…

Bref, en manque d’idée, je ne me rappelle plus qui eut l’idée de faire  » tourner les verres « … Pour  » faire tourner les verres « , il faut une surface plane en bois, un verre à boire ordinaire plutôt massif, et une série de petits papiers sur lesquels sont inscrits les lettres de l’alphabet et les chiffres arabes. On installe les lettres dans l’ordre alphabétique et les chiffres en ordre croissant, en cercle. Au milieu, le verre retourné. On s’assoit autour du support en bois et chacun pose un doigt sur le verre. On pose une question pas trop compliquée et le verre se ballade vers les chiffres ou les lettres pour répondre.

Je sais, j’entends déjà des ricanements derrière l’écran….

Nous avons fait ces  » petits jeux  » plusieurs fois. Au début, je me disais que l’un d’entre nous guidait le verre avec son doigt. Alors j’ai appuyé le mien et le verre, sous cette pression, a évidemment stoppé sa course. Exclamations des camarades. Je relâche mon doigt, et le verre reprend son message… !

Nous posions toujours les mêmes questions. Quelles épreuves aux examens, etc… Le verre répondait toujours quelque chose de cohérent. Le sujet de mon oral de latin ? Réponse  » Cicéron 1 « . Les résultats du loto ? Zou, une série quelconque. Mais si les réponses concernant l’avenir se sont révélées par la suite toutes fausses, d’autres faits ont été plus beaucoup plus troublants : tout ce qui concernait nos personnalités et les  » entités  » sensées nous répondre.

A présent je vais vous raconter la dernière séance de verres tourneurs, celle qui nous a décidé à ne plus continuer.

Nous étions à Bordeaux centre, dans l’appartement de la copine à Riri, Paule, près de la Place du Parlement…

Paule n’avait pas de table en bois, mais un parquet dans sa chambre très lisse. On installa les petits papiers et le verre comme d’habitude. On s’assit autour tant bien que mal et on commença. Pour changer, on demanda aux entités des conseils pour améliorer ses chances de réussite. Je passais la première. Le verre répondit :  » travailler  » et ça nous amusa. Concernant Carine, la bombe du 47, le verre dit  » pas fiancé « . Gêne légère. Carine s’accrochait à un rustre qui la rabaissait et que personne n’appréciait. D’ailleurs, elle dut s’en débarrasser peu après suite à des scènes pénibles avec la famille de ce dernier. Concernant Delphine, la fille sérieuse du groupe, le verre sortit un mot qui nous sembla anodin  » cousin  » mais qui la fit rougir beaucoup. On comprit qu’il ne fallait pas insister auprès de notre amie et le malaise se prolongea. Concernant Riri, le séducteur du groupe, personne ne comprit le groupe de mots, car ce dernier, qui avait deviné, ne laissa pas le verre finir. Il était un peu agité. Carine nous demanda si on arrêtait. Fifi décida de se lancer malgré tout. Alors le verre sortit un groupe de mots concernant la famille de Fifi que je ne peux retranscrire ici, puisque protagonistes existant. Nous avions cependant tous lu et c’est comme si les éléments d’un puzzle se refermaient. Fifi devint très pâle face à une confidence aussi inattendue, lui qui était si discret d’habitude. Paule cria presque  » stop « , jeta les papiers, et nous offrit un alcool fort, un armagnac je crois, en silence. Nous étions tous secoués. On décida d’arrêter ce genre d’expérience et chacun rentra chez soi.

Peu après dans la nuit, Riri nous raconta plus tard qu’il avait dut héberger une Paule épouvantée -il avait sa chambre sur le campus de Talence, et heureusement que Paule avait un véhicule-:  » Je ne peux pas dormir, disait-elle, dès que j’éteins la lumière j’ai l’impression très nette qu’il y a des personnes dans la pièce, c’est horrible !  »

Cette sensation dura quelques jours encore.

Nous n’avons jamais recommencé ce genre de divertissement, ni commenté les mots qui nous étaient apparus.

Une expérience qu’on aurait dû s’interdire…

Publicités

des identités

« A la croisée des chemins, les identités recouvrent des réalités socioculturelles hétérogènes sous toutes les latitudes et dans toutes les aires de civilisation…. »
Dragoss Ouedraogo
Chargé de cours au Département d’Anthropologie de l’Université Victor Segalen Bordeaux 2,
Réalisateur, Parrain des journées du film ethnographique

Pour annoncer le 12ème Festival du Film Ethnographique, qui se tient du vendredi 30 mars 2007 au vendredi 6 avril 2007, au site de la « Victoire » de l’Université Victor Segalen Bordeaux 2, au 30, rue Paul Broca.

Le détail de la programmation ici. Mais vous étiez déjà au courant non ?

branlette pour la bonne cause

Enfin, je ne sais pas si la cause est bonne, mais j’apprends que les stocks de sperme du Cecos du CHU de Bordeaux sont au plus bas. Manquer de sperme ? Comment est-ce possible avec la quantité de branleurs qui nous entourent ?

Certes, il y a des contraintes :

Pour donner, il faut être père ou mère d’un enfant, avoir moins de 37 ans pour les femmes et de 45 ans pour les hommes. Les donneurs doivent être en bonne santé. Le don est anonyme et gratuit.

Donc je ne suis pas qualifiable 😦
A ma connaissance je ne suis pas père, j’ai plus de 45 ans, je ne suis pas en bonne santé… Puis, ils pourraient payer un coup à boire et éventuellement afficher les noms de donneurs s’ils le souhaitent, pourquoi les garder anonymes ? Je ne dis pas de les lier avec les paillettes de sperme, pour éviter les problèmes de paternité etc. Mais au moins dire qui ils sont.

Je m’adresse aux dames qui vivent avec un monsieur qui satisfait aux critères. Poussez le à faire un don, redonnez le sourire au personnel du Cecos. Allez, un bon geste.
Et moi de catégoriser ce post en Loisirs 🙂

NB : Si quelqu’un des visiteurs de NotreBordeaux se dévoue, ou s’est déjà dévoué, je suis curieux de savoir s’ils proposent des revues (et si oui lesquelles) ou s’ils sont passé à l’ère du cybersex.

Info pratiques :
CHU BORDEAUX
Maternité de l’Hôpital PELLEGRIN
Place Amélie Raba Léon – 33076 BORDEAUX CEDEX
CECOS AQUITAINE Tél : 05 56 79 54 31 – Fax : 05 56 79 61 39
Pr G.MAYER, Pr C. MATHIEU, Mr J.BERJON

Roquetaillade par Cendrinox (fin)

Le Château hanté et le passage secret (sans Jean Marais) 2 Lors d’un week-end touristique organisé avec mon groupe au grand complet, nous dormions chez l’une des copines qui habitait non loin du Château de Roquetaillade et dont les parents avaient eu la bonne idée de partir en vacances. Elle y était guide pendant l’été et nous fit visiter mieux que personne la bâtisse. Elle nous montra depuis le petit pont-levis face Est une cavité sombre, située dans les fausses douves, qui, paraît-il, aurait été l’entrée d’un souterrain menant à d’autres châteaux, éboulée depuis. Après le repas du soir, on remarqua que Riri avait envie de faire de la spéléologie avec notre guide, et comme nous avions déjà subi les expressions bruyantes du seul couple de l’équipe, je réfléchis vite à une activité la plus éloignée possible de leur chambre. Les trois autres filles du groupe se déclarèrent fatiguées et ne semblèrent pas gênées à la perspective de ne pas pouvoir dormir. Lire la suite

Oyez, oyez, braves gens curieux de Bordeaux et alentours !

Si vous rêvez de partir en quête, non pas du Saint Graal, les Monty Python l’ont déjà fait, mais de menus trésors camouflés dans le beau paysage girondin, voici LE site web à compulser : http://www.cistes.net/liste2.php?tc=0&ic=33

Afin de vous exposer plus précisément de quoi il retourne, je vais citer le site, et après, à vous de jeter l’eau du bébé dans le grand bain ou pas…Désormais je cite et donc les fautes d’orthographe (s’il y en a) sont d’origine :

« II ne s’agit pas d’une chasse au trésor, mais d’un jeu de piste gratuit, ouvert à tout le monde, idéal à pratiquer en famille ou avec des amis. Montée d’adrénaline garantie !

Une ciste, qu’est-ce que c’est ?

Lire la suite

Le souffle du Printemps

Du 14 au 28 Mars 2007

Co-réalisation IDDAC-MC2A

16, rue Ferrère, 33000 Bordeaux.

lsdp.jpg

Oeuvres calligraphiques de Anne-Flore Labrunie

Vidéo/Performance de Shiro Daïmon, danseur chorégraphe japonais et A-F Labrunie

Mercredi 28 mars, à 19 h, décrochage accompagné d’une performance au koto de Mieko Miyazaki.

Juste, juste pour ce soir ! Je viens de recevoir l’annonce.

L’Epicerie Bio change de locaux

L’Epicerie Bio rue Ravez a déménagé. Elle est encore rue Ravez, à quelques mètres de l’ancienne, dans les locaux de l’ancien XXL. J’y allais pour la première fois depuis le déménagement et je suis heureusement surprise. C’est très bien. On a l’impression que le magasin est beaucoup plus spacieux. Je ne sais pas si c’est le cas. Il est vrai qu’auparavant elle occupait 2 niveaux et qu’ici tout est de plein pied. Quoiqu’il en soit, ces nouveaux locaux sont clairs, aérés. J’ai l’impression qu’il y a plus de choix au niveau épicerie et produits frais mais ce serait à confirmer par un(e) habitué(e).

Si vous passez dans le quartier, il serait dommage de ne pas rendre visite aux Comptoirs de Magellan, un magasin bourré d’idée cadeaux et de produits du Monde à petits prix, au Dock des Epices, où Serge Salanova vous accueille avec beaucoup de gentillesse et de passion, et n’oubliez pas de prendre un café ou de déjeuner à l’Eau à la Bouche, restaurant sympathique tenu par une blogueuse bordelaise.

  • Epicerie bio
    8 rue Ravez
    33 000 Bordeaux
  • Comptoirs de Magellan
    16 rue Ravez
    33 000 Bordeaux
  • Dock des Epices
    20 Rue Saint James
    33 000 Bordeaux
  • L’eau à la bouche
    27 rue des Ayres
    33 000 Bordeaux

Anne