L’expérience interdite (sans Julia Roberts) par Cendrinox

Rappel : nous étions sept : Riri, Fifi, Loulou, Carine du 47, Delphine du 40, la copine à Riri, guide au château de Roquetaillade à Mazères (33)-, et Cendrinox. Sept étudiants à Bordeaux prêts à faire n’importe quoi pour s’amuser au lieu bien sûr d’étudier comme il se doit. Il faut savoir que si les blogs avaient été inventés à ce moment-là, on aurait peut-être fait autre chose…

Bref, en manque d’idée, je ne me rappelle plus qui eut l’idée de faire  » tourner les verres « … Pour  » faire tourner les verres « , il faut une surface plane en bois, un verre à boire ordinaire plutôt massif, et une série de petits papiers sur lesquels sont inscrits les lettres de l’alphabet et les chiffres arabes. On installe les lettres dans l’ordre alphabétique et les chiffres en ordre croissant, en cercle. Au milieu, le verre retourné. On s’assoit autour du support en bois et chacun pose un doigt sur le verre. On pose une question pas trop compliquée et le verre se ballade vers les chiffres ou les lettres pour répondre.

Je sais, j’entends déjà des ricanements derrière l’écran….

Nous avons fait ces  » petits jeux  » plusieurs fois. Au début, je me disais que l’un d’entre nous guidait le verre avec son doigt. Alors j’ai appuyé le mien et le verre, sous cette pression, a évidemment stoppé sa course. Exclamations des camarades. Je relâche mon doigt, et le verre reprend son message… !

Nous posions toujours les mêmes questions. Quelles épreuves aux examens, etc… Le verre répondait toujours quelque chose de cohérent. Le sujet de mon oral de latin ? Réponse  » Cicéron 1 « . Les résultats du loto ? Zou, une série quelconque. Mais si les réponses concernant l’avenir se sont révélées par la suite toutes fausses, d’autres faits ont été plus beaucoup plus troublants : tout ce qui concernait nos personnalités et les  » entités  » sensées nous répondre.

A présent je vais vous raconter la dernière séance de verres tourneurs, celle qui nous a décidé à ne plus continuer.

Nous étions à Bordeaux centre, dans l’appartement de la copine à Riri, Paule, près de la Place du Parlement…

Paule n’avait pas de table en bois, mais un parquet dans sa chambre très lisse. On installa les petits papiers et le verre comme d’habitude. On s’assit autour tant bien que mal et on commença. Pour changer, on demanda aux entités des conseils pour améliorer ses chances de réussite. Je passais la première. Le verre répondit :  » travailler  » et ça nous amusa. Concernant Carine, la bombe du 47, le verre dit  » pas fiancé « . Gêne légère. Carine s’accrochait à un rustre qui la rabaissait et que personne n’appréciait. D’ailleurs, elle dut s’en débarrasser peu après suite à des scènes pénibles avec la famille de ce dernier. Concernant Delphine, la fille sérieuse du groupe, le verre sortit un mot qui nous sembla anodin  » cousin  » mais qui la fit rougir beaucoup. On comprit qu’il ne fallait pas insister auprès de notre amie et le malaise se prolongea. Concernant Riri, le séducteur du groupe, personne ne comprit le groupe de mots, car ce dernier, qui avait deviné, ne laissa pas le verre finir. Il était un peu agité. Carine nous demanda si on arrêtait. Fifi décida de se lancer malgré tout. Alors le verre sortit un groupe de mots concernant la famille de Fifi que je ne peux retranscrire ici, puisque protagonistes existant. Nous avions cependant tous lu et c’est comme si les éléments d’un puzzle se refermaient. Fifi devint très pâle face à une confidence aussi inattendue, lui qui était si discret d’habitude. Paule cria presque  » stop « , jeta les papiers, et nous offrit un alcool fort, un armagnac je crois, en silence. Nous étions tous secoués. On décida d’arrêter ce genre d’expérience et chacun rentra chez soi.

Peu après dans la nuit, Riri nous raconta plus tard qu’il avait dut héberger une Paule épouvantée -il avait sa chambre sur le campus de Talence, et heureusement que Paule avait un véhicule-:  » Je ne peux pas dormir, disait-elle, dès que j’éteins la lumière j’ai l’impression très nette qu’il y a des personnes dans la pièce, c’est horrible !  »

Cette sensation dura quelques jours encore.

Nous n’avons jamais recommencé ce genre de divertissement, ni commenté les mots qui nous étaient apparus.

Une expérience qu’on aurait dû s’interdire…

Publicités

11 réponses à “L’expérience interdite (sans Julia Roberts) par Cendrinox

  1. Et incroyable mais vrai, je suis tombé ce matin sur cette BD (en cours) de Kek qui traite de…
    http://www.zanorg.com/peutetre/?page=01

  2. Je viens de la lire … c’est excellent. Et en plus je ne connaissais pas Kek.
    Merci, Richard !

  3. philippe compère

    Expérience interdite !?

    Vous ne pourriez pas nous en dire plus ?

    J’ai joué à ça, il y de nombreuses années…

    Le temps a passé… et je n’y ait plus pensé… pourtant celui qui arrivera le premier à donner un explication de ce phénomène sera sans doute prix Nobel…

    Et vous comprenez-vous ce qui se passe ? Je crois que le malaise, la gêne, l’embarras que vous signalez, et que nous avons ressenti également, c’est de la PEUR… de là l’autocensure.

    Dommage, j’aurais bien voulu assister une seconde fois à ce truc…

    pc

  4. Ben non, je ne peux pas en dire plus sinon ce serait de l’imagination. J’ai tenté d’être la plus concrète possible dans ce cas précis.
    Bien sûr qu’on avait peur, tous. C’est pour ça qu’on n’a jamais recommencé ensemble.

  5. philippe compère

    Eh ben, je vous engage à recommencer, encore et encore , jusqu’à ce qu’on comprenne ce qui se passe avec ce truc…

    Vous dites qu’une personne de ce groupe que vous formiez semblait posséder quelque chose que les autres n’avaient pas…
    Essayez de préciser… Cette personne, on peut bavarder avec elle ?

    Pour faire démarrer le p’tit verre avez vous recours aux incantations (personnellement que je trouve imbéciles) « esprit es tu là » et aussi à des pensées de cimetières, par tradition (?), c’est un moyen de se mettre en condition, conditionner l’ensemble de la tablée, produire l’autosuggestion (?) qui semble la clé qui déclenche le déplacement du p’tit verre ?

    La vitesse de déplacement du verre est-elle proportionnelle à la quantité de doigts qui l’effleure ? Vous avez remarqué que si on appuie dessus, il s’essouffle, ralenti et s’arrête… Si on retire des doigts, il ralentit, si on les rajoute, il reprend sa vitesse. C’est de la physique, comme dirait Newton !

    Après la séance ressentiez-vous une grande fatigue : perte d énergie comme après un footing, un match de foot, ménage à fond ? Aucune fatigue particulière ? Un problème d’énergie se pose ici comme dans dans tous les systèmes qui bougent : qui la fournit, quelle est t-elle ? etc.

    Les réponses aux questions semblent provenir des personnes présentes (inconsciemment ? On ne sait pas (bien sûr pour le moment) comment les informations circulent. Chacun semble répondre selon ses moyens (ce que contient sa cervelle) ?), certaines personnes répondent peut être systématiquement ?), certaines sont positives donc certaines réponses sont plutôt positives, d’autres au contraire sont plutôt hostiles et fournissent des réponses négatives . Que pensez-vous de cette hypothèse ?

    Avez vous remarqué que le petit verre a de l’humour, si l’assemblée en a. Si l’assemblée se prend au sérieux, le p’tit verre est « cul serré ». On peut s’amuser avec ce truc, ou se faire peur !

    Alors encouragez, vos camarades à renouveler l’expérience, juste par curiosité, et seulement pour s’amuser… Il y a un prix Nobel à prendre !

    J’ai essayé avec ma p’tite famille, mais ça les impressionne trop, ils sont un peu croyant, çà leur fiche la trouille et jamais le foutu verre ne décolle !

    Y a un truc, mais lequel ?

    Evidemment on peut prendre un guéridon, ou une table normande, mais là il faudrait que je puisse réunir une équipe de déménageurs !

    pc

  6. Ce texte raconte une expérience vieille de plus de 20 ans … même si j’ai gardé certains amis, je me vois mal recommencer. ça n’a plus aucun intérêt.

  7. … expérience vieille de plus de 20 ans … ça n’a plus aucun intérêt…

    Dommage ! Merci Cendrinox !

    On pourrait aussi bien confier au Web, la tâche d’appeler (appel du 18 Juillet ;)) tous les « tourneurs de p’tits verres », tous les expérimentateurs en herbe de phénomènes paranormaux, tous les aventuriers du ouija et assimilés, tous les témoins curieux et souriants d’expériences extraordinaires, tous les incroyants et crédules du guéridon qui remue, tous les frappés du pied de table tournante, tous les auditeurs de coups dans les murs et les plafonds, tous les « j’ai les poils qui se dressent, tellement j’ai la trouille de ces trucs là », à nous faire part de leurs témoignages, de leurs expériences, de leurs hypothèses, de leurs délires… De sorte que des articles, des livres (?) s’écrivent, que des vidéo(s) (ça c’est facile) soient réalisées, que la télévision, les journaux, le cinéma, s’empare des ces sujets, que les scientifiques se mettent au boulot et qu’enfin on nous expliquent ce truc…

    pc

  8. et qu’enfin on nous explique ce truc…

    Oups

    pc

  9. Ben patience !
    Il faut bien que les générations à venir découvrent encore des choses. Je trouve qu’on a assez de connaissances à acquérir; plusieurs vies ne suffiraient pas alors pas la peine de se lamenter sur des choses incompréhensibles. Il faut parfois accepter de penser que nous ne savons pas tout, ça recadre bien les choses et dégonfle cet orgueil contemporain !

  10. philippe compère

    Le phénomène en video ?

    Video douteuses ?

    pc

  11. OK, pour la patience, (avons nous le choix ?), mais à l’automne de ma vie, je suis tout de même pressé de connaître (de deviner) ce que nous faisons ici avant le mot fin, et cela sans orgueil, avec modestie…
    Les générations à venir se débrouilleront… pourquoi ne pas les frustrer des parts du mystère commun ? Il me paraît au contraire assez urgent de répondre aux questions que tout le monde se pose. Si la vie nous a été donnée pour semble t-il surtout la transmettre et l’entretenir, chacun peut lui assigner toutes les autres raisons pensables ? Pour celui là de profiter (plusieurs sens : côté coeur, fric, fun…) au mieux de celle-ci, ou pour celle-ci de la réussir (notoriété, expertise ?), d’être heureux (?), pourquoi pas !

    Il semble en effet que le nombre de connaissances à découvrir soit incomplet et infini. De ce côté là, en effet c’est probablement inépuisable. Vous semblez ne pas éprouver de colère particulière face à cet infini : vous êtes sage. D’autres, plus rebelles, se révoltent ou au moins s’impatientent… D’autres aussi essayent de rire !

    Mais, au fond, vous avez raison, ne pas se prendre au sérieux est une prudence élémentaire..

    En tout cas, ça fait « causer »…

    pc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s